22 04 10

La (nouvelle) vie devant soi

BOISSARDTandis que son couple s'enlise et se rompt - Olivia, la brillante avocate internationale ne supporte plus le tempérament de son époux - Jean-Rémi  Le Guen est amené, sous l'injonction de Cédric, son fils aîné - lui-même en perdition - de prendre sa vie en main.
Tu ne t'es jamais demandé par hasard si c'était pas ton petit monde minable à toi que tu essayais de protéger, on se demande pourquoi? Dans la vie, mon GRAND, il faut parfois savoir choisir, se bouger un peu, merde!
C'est ce qu'il fait, sous le regard attentif de Tom, son fils de douze ans, narrateur partiel du récit. Rompant avec la confortable situation professionnelle offerte par son beau-père, Jean-Rémi renoue avec ses racines, son vrai métier de jardinier et sauve par la-même celles de ses enfants et d'un ginkgo bicentenaire.
On n'enterre pas comme ça des années de tricherie avec soi-même. Et les tricheries des grandes personnes crèvent les yeux des enfants et brisent leur élan.
Un récit agréablement orchestré par la plume féconde et résolument "tendance" de Janine Boissard, qui pose, autour du thème des racines, celui du dialogue entre les générations.
Apolline ELTER

Sois un homme, papa, Janine Boissard, roman, Fayard, 312 pp, 19€90

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

21 04 10

L'animal est-il une personne ?

YVES CHRISTENSouvent je me suis demandé si j'étais normal en essayant de comprendre les animaux, de les sauver, de regretter les corridas, etc. Et même de sauver les araignées égarées dans la maison en ne les écrasant pas... Il semble que oui, d'après Yves Christen, biologiste, spécialiste des neurosciences. Ce qu'il raconte avec force détails et études est passionnant ! On apprend ou on a la confirmation d'une multitude de choses, comme dans le domaine de la communication que les animaux communiquent entre eux de façons multiples, sophistiquées et fiables. Par exemple, que les chiens nous comprennent mieux que nous les comprenons; ou que les éléphants survivent grâce à des liens familiaux puissants. Ce qui fait dire à Karen McComb que lorsqu'on braconne un animal, on est non seulement en train de prendre une vie, mais on enlève l'influence de cet animal sur les autres animaux. La grande idée du livre semble être que non seulement la sélection naturelle a contribué à façonner les humains lors de l'évolution des primates, mais qu'elle poursuivrait son action aujourd'hui encore au sein de la lignée humaine. Ainsi, un variant de Microcephalin aurait fait son apparition il y a 37.000 ans, soit au moment de l'apparition de la pensée symbolique en Europe; ainsi, un autre variant aurait émergé il y a 5800 ans, au moment de la naissance des premières cités du Proche-Orient... et donc l'évolution se poursuit. Notre espèce ne jouit pas d'une quelconque supériorité génomique. « Faut-il s'en étonner » écrit l'auteur « puisque, en tant qu'espèces, tous les vivants ont, d'une certaine manière, la même ancienneté remontant à l'origine de la vie ? Ils possèdent aussi le même degré de « perfection », tant il est vrai que nous sommes tous adaptés à une niche écologique particulière, celle en regard de laquelle nous pouvons nous juger supérieur aux autres. » Tous les vivants ont une âme. Le cerveau sécrète l'esprit, et la nature crée la culture... Ce sont des pistes du livre. Et Yves Christen de conclure : « Une seule chose me semble d'une absolue certitude : l'animal doit être considéré en tant que personne, et sa manipulation pose, en toutes circonstances, un problème éthique. »
Jacques MERCIER

 L'animal est-il une personne ?, Yves Christen. Éditions Flammarion. 2009. 540 pp. 24 euros.

Écrit par Brice dans Jacques Mercier | Commentaires (0) |  Facebook | |

30 09 09

L'homme qui valait 35 milliards

ANCIONTu sais, Octavio, j'ai une théorie là-dessus: si tu vois pleurer un bébé, il faut changer ses couches; si tu vois pleurer une femme, il faut changer son amant et si tu vois pleurer un homme ...(...) il faut changer monde.
Et c'est précisément ce que va tenter de faire Richard, en kidnappant Lakshimi Mittal, cinquième fortune mondiale, patron d'Arcelor Mittal...
Il fallait une bonne dose de culot, d'imagination et de cynisme pour imaginer le scénario artistico-farfelu du rapt de l'industriel. De ce côté, on peut faire confiance à Nicolas Ancion, revenu par la magie de l'écriture, au coeur de son Liège natal et du destin de la classe ouvrière.
Au milieu de ces hommes dont l'auteur examine le quotidien se trace le destin de Nafisa dont la vie pourrait bien virer au conte de fées...
Un voyage dans un monde masculin - plutôt macho - qui mêle le surréalisme à des scenarii hyper-réalistes.
L'Indien a du mal à en croire ses yeux. On lui fait subir les pires supplices, on l'humilie, on le traite comme un moins que rien puis, soudain, une jeune fille vient à sa rencontre pour l'aider alors qu'il a volé le vélo de son père, il y a quelques heures à peine.
Une morale?
Le chagrin d'Octavio ne sera pas vain si le geste de son ami permet à Lakshimi Mittal de changer sa vision du monde.
Apolline Elter

 L'Homme qui valait 35 milliards, Nicolas Ancion, roman, Ed. Luc Pire, août 2009, 288 pp, 18 €.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

06 02 09

Un flic à Beverly Hills

BESSON_hommeJ'adore Philippe Besson. J'adore ses livres. J'adore en parler avec lui. Voilà un homme qui aime autant l'écriture que la compagnie des hommes, je veux dire des autres.
Avec Un homme accidentel, Besson retrouve tout ce qui fit la force de Un garçon d'Italie : une intrigue forte sur le thème de l'amour homosexuel et, dans une moindre mesure, de la prostitution masculine.
Avec un talent hors du commun, Besson nous refait le coup de la passion abrupte et sauvage, entendez irrépressible.
Lui est flic à Beverly Hills. Lui est acteur-star d'Hollywood. Entre eux, le meurtre d'un jeune prostitué. Entre eux, une histoire impossible. Lui, le flic, sera bientôt un heureux père de famille. Lui, la star, a peut-être commis le crime sur lequel Lui, le flic, enquête.
Ce double drame cornélien sous le ciel bleu de la Californie et sur l'asphalte de Los Angeles est une nouvelle métaphore de la rupture, la veine que Philippe Besson ne finit pas d'exploiter dans une galerie sans fin. L'écrivain est inspiré. Aucun de ses romans ne ressemble au précédent, ni par la forme, ni par le fond.Etat de grâce dont on ne souhaite pas connaître la fin.
Brice Depasse

Un homme accidentel, Philippe Besson, 10:18, janvier 2009, 243p., 7€40.

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

14 12 08

Russology by Joe

RUSSOUn nouveau Richard Russo, c'est un événement. A l'instar de Tom Wolfe, autre géant américain de l'écriture, l'auteur du Déclin de l'empire Whiting publie peu. Même si, comme Philip Roth et Russel Banks, le grand écrivain du Nord-Est se consacre aujourd'hui essentiellement à son oeuvre.
Le pont des soupirs raconte l'histoire d'un gamin devenu homme dans une petite ville perdue entre Boston, Philadelphie et New-York. Rapport au père, au noyau familial, les copains, les amours, le monde des grandes personnes auxquelles on finit un jour par ressembler parce qu'on les a rattrapées.
Et puis il y a le meilleur copain qui a quitté très tôt la ville. Il l'a quittée, lui, et n'est jamais revenu. Il habite Venise, ville où le petit héros devenu vieux et à son tour père de famille emmène, enfin, sa femme en voyage.
A l'occasion de la sortie de ce passionnant et émouvant roman, Joël Habay vous dresse le portrait de son auteur. Un rendez-vous avec la grande littérature américaine du XX° siècle qu'il vous donnera régulièrement. Car il est vrai que la vie est trop courte pour lire de mauvais livres.

  JOEL HABAY - Brice Depasse (Russo) 1

Le pont des soupirs, Richard Russo, Quai Voltaire, novembre 2008, 726p., 25€00.

Richard_Russo

Écrit par Brice | Commentaires (0) |  Facebook | |

14 12 08

Homme, père & fils

RUSSO_hommeDeuxième roman épluché (et surtout conseillé) par Joël Habay dans l'oeuvre de Richard Russo : Un homme presque parfait.

  JOEL HABAY - Brice Depasse (Russo) 2

Un homme presque parfait, Richard Russo, 10:18, 2005, 780p., 10€00.

RUSSO_homme2Un homme presque parfait, Richard Russo, Quai Voltaire, 2003, 550p., 21€50.

Écrit par Brice | Commentaires (0) |  Facebook | |

14 12 08

Du déclin de l'empire au Pont des soupirs

RUSSO_whiting1Le pitch et le commentaire du Déclin de l'empire Whiting, l'oeuvre phare de Richard Russo qui a été adapté en série par Hollywood.

  JOEL HABAY - Brice Depasse (Russo) 3

Le déclin de l'empire Whiting, Richard Russo, Quai Voltaire, 2002, 522p., 21€90 ;

Le pont des soupirs, Richard Russo, Quai Voltaire, novembre 2008, 726p., 25€00.

RUSSO_whiting2En poche chez 10:18, 2004, 633p., 10€00.

Écrit par Brice | Commentaires (0) |  Facebook | |

21 09 08

Raconte-moi le Vieil homme et la mer

HemingwaySi vous désirez faire découvrir à vos enfants les plus célèbres oeuvres de la littérature mondiale du XX° siècle, voici une excellente entrée en matière. Le vieil homme et la mer est tout d'abord un roman court, soit trois CD d'une heure. Le découpage en plages de 7 à 10 minutes permet ensuite de leur faire écouter en feuilleton dans la voiture ou le soir avant d'aller au lit.
Enfin, il s'agit d'un roman majeur écrit par Hemingway pendant sa période cubaine et qui lui valut à la fois le Prix Pulitzer et le Prix Nobel de littérature.
Le ton de la déclamation de Jacques Bonnaffé ne manquera pas de capter l'attention des plus jeunes. Et puis ce sera aussi l'occasion pour les parents de redécouvrir un livre qu'ils n'ont plus ouvert depuis longtemps peut-être.
Nicky Depasse

   ERNEST HEMINGWAY - Jacques Bonnaffé

Hemingway_photo
Le vieil homme et la mer, Ernest Hemingway, lu par Jacques Bonnaffé, triple CD, Gallimard Jeunesse, septembre 2008, 23€50.

Et bien sûr la version poche, chez Folio, 162p., 4€20.

HEMINGWAY_folio

Écrit par Brice dans Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 06 08

Michel Lambert: Le jour où le ciel a disparu

lambert2Vous n’êtes pas à ma place, dit un homme à son collègue qui tente de le consoler (après un accident qui a rendu son fils handicapé). Comme si cette sentence nous était adressée en filigrane, l’auteur de ces nouvelles instaure entre ses personnages et le lecteur, une distance idoine, enrichie de respect et de tendresse. Nous ne sommes pas à là place de ces gens. Et cependant. Dès le début, l’atmosphère pèse, le ciel menace, les protagonistes luttent contre leurs démons et les femmes ont des rires fêlés. Au fil des pages de ce recueil, leur tourment devient entêtant. Grâce à sa plume vive, précise, Michel Lambert nous permet de frôler ces âmes sombres au plus près et de pénétrer dans leur monde désenchanté. Tous ont vécu une journée « où le ciel a disparu ». Une journée où l’on aurait envie de pleurer dans les bras d’un être aimé jadis, ou d’aboyer comme un chien devant une inconnue. Ces jours-là, l’écrivain les habille de couleurs dramatiques : ciels gris de novembre, sales, jaunâtres. Il leur confère un air trop chargé de désirsflotte une sorte de désordre. La côte belge s’anime de passants, figurants d’après-tournage. Dans une autre rue, des silhouettes blanches se fondent parmi les flocons de neige. Ces éléments météorologiques composent un décor idéal, qui sert l’intrigue et accompagne les variations d’humeur des protagonistes. Jalousie, assuétude, abstinence, rivalité, solitude, folie, handicap. Le malheur ordinaire (pas si éloigné du bonheur triste) a rarement été aussi bien exploité dans un recueil. Emmenez ces histoires dans votre valise si vous partez en vacances. Dix perles cohérentes, homogènes, au style impeccable.
Valérie Nimal

Le jour où le ciel a disparu , Michel Lambert, Le Rocher, 178 p, 17,50 €.
Acheter ce livre ici

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 03 07

Le musée de l'Homme

ABIKERJe suis ravi que le premier roman de David Abiker (chroniqueur sur France Inter et France 5) paraisse chez Folio. Voilà qui va lui permettre de toucher un public plus large et de faire rire et sourire beaucoup de monde sur un perpétuel sujet de société : les relations homme-femme au sein du couple.
J'ai pris un plaisir fou à lire ce "récit-roman-essai" étonnant.
J'écrivais en 2005 que David Abiker était mon autre révélation de l'année avec David Foenkinos et son "Potentiel érotique de ma femme". Rassurez-vous, David Abiker n'est pas un disciple d'Eric Zeimour, quoique le sous-titre de ce livre puisse en faire penser. Ecoutez-le (et adoptez-le).
Brice Depasse

DAVID ABIKER - Brice Depasse 1


Pour écouter la suite de cet entretien téléphonique enregistré en décembre 2005, cliquez sur la couverture.

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |