10 07 11

Marc Lévy & Mr Daldry (2/4)



 

Entretien : Nicky Depasse

Intégralité (4/4) de l'Antipasti libri avec Marc Lévy à l'hôtel Amigo, Grand Place de Bruxelles, mai 2011

Image & son : Flavia Fidolini avec la complicité de Gianni Candido

Écrit par Brice dans Marc Lévy | Commentaires (0) |  Facebook | |

20 01 11

ABBA : le poids de la bio, le choc des photos


ABBA story par Jean-Marie POTIEZ & Brice Depasse sur Nostalg
envoyé par nostalgie. - Regardez la dernière sélection musicale.


ABBA : une légende nordique, Jean-Marie Potiez, Ed. Didier Carpentier, septembre 2010, Beau Livre grand format, 160p., 29€50.

Écrit par Brice dans Beaux Livres, Biographies, Musique | Commentaires (0) |  Facebook | |

04 11 10

Une forme d'Amélie Nothomb

01 06 10

Spécial Livre de Bord ERIC-EMMANUEL SCHMITT

Écrit par Brice dans Eric-Emmanuel Schmitt | Commentaires (0) |  Facebook | |

13 05 10

La vie n'est plus jamais triste

PANCOLMéfions-nous de la dictature des meilleures ventes proclamait Jean d'Ormesson sur notre plateau en décembre dernier. Comme le charbon de la pub, l'auteur du Juif errant a mille fois raison. Elle me saoule cette presse, principalement audiovisuelle qui ne parle que des chiffres de vente des Levy, Musso quand ils les reçoivent. La reconnaissance du public, c'est bien, c'est essentiel pour l'auteur mais au-delà, il n'y a pas de quoi en faire le sujet principal de l'interview. Et à ce titre, Katherine Pancol va avoir bien du souci. Après les 900.000 livres vendus l'an dernier (sans actualité), voilà que l'auteure des Tortues et des Crocodiles pulvérise les records de démarrage sur les chapeaux de roues avec 350.000 exemplaires écoulés en trois semaines.
Il y a pourtant tant de choses à en dire, sans déflorer l'histoire et gâcher le plaisir que vous aurez à lire ce troisième volet qui pourrait bien ne pas être le dernier :

  CATHERINE PANCOL - Brice Depasse 1
  CATHERINE PANCOL - Brice Depasse 2

Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi, Katherine Pancol, Albin Michel, avril 2010, 851p., 23€90.

Écrit par Brice dans Katherine Pancol | Commentaires (3) |  Facebook | |

02 05 10

Le Retour du Roi… Chattam !

CHATTAM3Tobias disparu dans les entrailles du Raupéroden, Matt et Ambre retournent à Eden, la cité des Pans, pour avertir le conseil de la ville de l'imminence d'une invasion des Cyniks, fomentée par la reine Malronce. Les Pans n'ont plus le choix, ils doivent se préparer à combattre, notamment en développant leur Altération, ce pouvoirsurnaturel octroyé par le Cataclysme.
Avec L'Alliance des Trois, on découvrait un nouveau monde, avec Malronce son exploration. Le Coeur de la Terre montre les jeunes héros dans l'apprentissage de la vie en commun, de la politique, de la guerre et du rapport, nécessaire et salutaire, à la nature. Ainsi que la résolution des énigmes comme la vraie nature du Raupéroden et de la reine Malronce.
Dans l’interview qu’il nous a accordée, Maxime Chattam n’hésite pas à parler de « d’écriture récréative » lorsqu’il évoque Autre Monde et son univers au confins de la fantasy, de l’aventure et du « roman de survie » façon « Sa Majesté des Mouches ». Mais ce n’est pas pour autant quel’auteur de sombre récit, éminent membre de la Ligue de l’Imaginaire et fier représentant de la nouvelle vague du thriller français, prend son histoire par-dessus la jambe. Perfectionniste dans l’âme, même lorsqu’il s’agit d’aborder un univers moins réaliste que celui des salles d’autopsies et des esprits schizophrène, Maxime Chattam mène son AutreMonde avec la précision d’un orfèvre du récit. Car le risque est bien là lorsqu’on aborde l’imaginaire « en roue libre », celui de se perdre dans le labyrinthe des inventions, dans la description étouffante d’un univers, dans la croissance incontrôlée d’un canevas où personnages et intrigues se perdent dans un trop plein de créations. Heureusement, ici, rien de tout cela. Miroir de la mécanique implacable des thrillersde l’auteur, la structure d’Autre Monde possède la force linéaire de l’évidence. Celle des récits initiatiques classiques, des grandes aventures populaires. Et vienne s’y greffer des personnages aux rôles clairement définis, ainsi qu’une cascade de références qui feront sourire les « initiés » et donneront aux autres l’impression de découvrir un univers à la fois différent et… familier.
Pour ce final, cette première conclusion (on sait maintenant que quatre autres tomes s’ajouteront à l’aventure des Pans face aux Cyniks), Maxime Chattam convoque l’ombre du Retour du Roi, du Retour du Jedi, ou encore celle d’Aliens. Dans le bruit, la fureur et l’affrontement, enfants et adultes qui ont survécu à la Tempête, foncent bille en tête, l’un vers l’autre, pour une inévitable bataille à grande échelle, seule capable, dirait-on, de résoudre ce conflit né d’une haine irrationnelle, teintée de croyance religieuse, qui oppose adultes et enfants.
Et sous des dehors de pur divertissement, sans lourdeur, avec un art consommé de la métaphore, Maxime Chattam nous livre la vision d’un monde, en échos à ce qu’il avait déjà développé, de façon plus « adulte » dans « La Théorie Gaïa ».
Une trilogie populaire, bien écrite, qui délivre sans prêcher, une vraie réflexion sur l’humain. Pas mal pour une œuvre « récréative ».
Dr Corthouts

  MAXIME CHATTAM - Chris Corthouts 1
  MAXIME CHATTAM - Chris Corthouts 2

Autre Monde 3 : Le Cœur de la Terre, Maxime Chattam, Albin Michel, avril 2010, 468p., 20€00.

Écrit par Brice dans Maxime Chattam | Commentaires (0) |  Facebook | |

08 04 10

Les intervyoutubes de Lire est un plaisir : Michel De Maegd



Earth challenge : Sydney - Bruxelles en ULM, Michel De Maegd, Préface d'Erik Orsenna, Luc Pire begin_of_the_skype_highlighting     end_of_the_skype_highlighting, mars 2010, 29€00.

Écrit par Brice dans Beaux Livres | Commentaires (2) |  Facebook | |

05 04 10

Grand entretien : Valérie Tong Cuong







L'ardoise magique, Valérie Tong Cuong, Stock, mars 2010, 173p., 17€00.

Écrit par Brice | Commentaires (2) |  Facebook | |

01 04 10

Vivre livre !

MUSSOLa réflexion sur l’écriture, la lecture, la création, l’auteur, les lecteurs… Bref sur « Le Livre » est-il un exercice imposé pour tout écrivain qui se respecte ? Je laisserai ce sujet, complexe et passionnant, aux bons d’un soins d’un joyeux thésards, ou d’une jeune universitaire forcément séduisante, pour me concentrer sur ce qui devait arriver : un livre de Guillaume Musso qui aborde cette fascinante thématique des relations entre un auteur et son univers… réel tout comme fictionnel. Auteur de la génération « post-moderne », celle qui s’interroge sur les codes, qui mêle allègrement les genres, joue avec les formes et s’autorise un paradigme multimédia, Guillaume Musso se devait inévitablement un jour d’interroger la forme livresque et son influence sur le réel. On ne peut pas, comme lui, être à ce point populaire ET accessible, sans se poser un jour la question de l’impact que peut avoir la forme écrite sur le public… mais aussi sur l’auteur. A ce propos, le héros de son nouveau roman Tom Boyd, nous offre une démonstration digne de celle de Doc Brown dans Retour vers le Futur II, lorsqu’il explique, de façon limpide, les soudaines transformations du présent à un Marty McFly totalement perdu. Tom (et Guillaume par la même occasion, la frontière entre l’auteur et son héros n’ayant jamais été aussi fine depuis la sortie de « Et après… ») nous explique que la création d’un imaginaire littéraire est le résultat d’une association entre l’auteur, le livre … et le lecteur. Belle manière, appuyée sur les références citées, à Jean-Paul Sarte ou Umberto Ecco, de renvoyer quelque peu à leur études les ronchons de tous bords qui balaient souvent le succès populaire d’un revers de main, l’associant un peu rapidement à un acte « productif » plutôt que « créatif ». C’est là le message, diffus mais évident, qui se cache sous les couvertures de cette nouvelle pépite de la littérature d’aujourd’hui. Mais si « message » il y a… La Fille de Papier est avant tout une comédie-romantique, saupoudrée de fantastique, un road-novel, un joli suspense ou encore un plaisir gourmand pour amateur de références modernes. Un livre de Guillaume Musso quoi ! Mais un excellent Musso.
L’histoire d’abord : celle de Tom Boyd, auteur de best-seller, brisé par une peine de cœur et devenu incapable d’écrire une seule ligne. Son monde de souffrance et d’abandon va se trouver bousculé par l’arrivée de Billie… littéralement échappée des pages de son dernier roman. Il n’en faudra pas plus pour que se déclenche la « mécanique » Musso, celle qui vous oblige à rester auprès des personnes et à découvrir comment ils vont se sortir des situations parfois classiques, parfois retorses, parfois hilarantes, dans lesquelles l’auteur prend un malin plaisir à les plonger. Le tour de force de Guillaume Musso réside aussi dans ce talent d’écriture, qui lui permet d’utiliser des figures imposées, des images qui flirtent parfois avec le cliché… mais d’y accrocher un clin d’œil, un léger retournement, ou un éclairage inattendu qui paraît évident mais auquel personne n’avait pensé avant lui ! Plus largement, l’univers Musso est toujours aussi agréable à visiter, avec ses règles, ses décors, ses changements de point de vue… Et cette fluidité dans la narration, signe d’une maitrise de plus en plus grande de l’écriture.
Certes, La Fille de Papier ne parviendra pas à convaincre les réfractaires qui pointeront du doigt les tics d’écriture, le côté très « serendipity » de certaines situations et le recours parfois facile aux raccourcis… Mais si finalement c’était ça aussi, Guillaume Musso : un contrat avec le lecteur dans lequel chacun accepte les règles du jeu, où le dragon peut évidemment être terrassé d’un seul coup d’épée, où la gente dame porte toujours une robe diaphane doucement éclairée par le soleil couchant.
Dr Corthouts

L'interview :

  GUILLAUME MUSSO - Brice Depasse 1
  GUILLAUME MUSSO - Brice Depasse 2

La fille de papier, Guillaume Musso, XO, avril 2010, 376p., 19€90.

Écrit par Brice dans Guillaume Musso | Commentaires (1) |  Facebook | |

26 03 10

Concerto en quatre mouvements

9782226195913Jamais deux sans trois. Après Odette Toulemonde et La rêveuse d'Ostende, Eric-Emmanuel Schmitt nous propose quatre nouvelles nouvelles sur un même thème. Une mante religieuse, un marin au long cours, un jeune virtuose, meurtrier par orgueil et un couple présidentiel affichant un amour de façade partagent l'affiche (après tout, Schmitt est aussi cinéaste) de ce concerto à la mémoire d'un ange (Schmitt n'apprécie pas exclusivement Mozart, il a gardé une petite place pour Berg).
Une nouvelle fois, l'alchimie opère instantanément et sur toute la longueur (la réussite est totale quand, à l'instar d'une oeuvre, il n'y a aucun(e) mouvement (nouvelle) faible). On peut parler de flamboyance dans l'art de Schmitt lorsque se produit l'étincelle, la même qui a allumé le feu de La part de l'autre, L'évangile de Pilate, Les variations énigmatiques ou encore les deux premiers romans novellisateurs précités.
J'étais présent à la première de ce concerto à la mémoire d'un ange. La salle a fini debout.
Brice Depasse

  ERIC-EMMANUEL SCHMITT - Brice Depasse 1
  ERIC EMMANUEL SCHMITT - Brice Depasse 2

Concerto à la mémoire d'un ange, Eric-Emmanuel Schmitt, Albin Michel, mars 2010, 229p., 18€00.

Écrit par Brice dans Eric-Emmanuel Schmitt | Commentaires (2) |  Facebook | |