28 06 09

Génération sacrifiée

DESCOSSEDans une autre vie, François Marchand était psychanalyste. Un des meilleurs. Jusqu'au jour où sa femme fut étranglée par un de ses patients. Depuis, il est devenu flic, spécialisé dans l'étude des profils criminels. Aidé par le lieutenant Julia Drouot, jeune enquêtrice au caractère entier et au passé douloureux, il va être confronté à des meurtres barbares, sans logique apparente, commis aux quatre coins de la France sur des adolescents. Ensemble, les deux enquêteurs se lanceront sur la piste d'un tueur dont la folie et l'ingéniosité semblent n'avoir aucune limite. Pour le cerner, ils n'auront qu'un seul choix : percer les codes déroutants et complexes d'une génération sacrifiée. Membre émérite et fondateur de la Ligue de l'Imaginaire, cercle peu fermé des auteurs de thriller à la française, Olivier Descosse se trouve comme un poisson dans l'eau au coeur des courants troubles de l'âme torturée. Ici, il s'agit surtout de l'âme de la jeunesse d'aujourd'hui, perdue dans un monde où être c'est avoir et où les codes de reconnaissance sociale sont brouillés au jour le jour par les sursauts de la mode et du prêt-à-penser. Avec un sens aigu du suspense – nous sommes bien ici entre les couvertures d'un « page turner » comme dirait notre Brice de chef ! - et une caractérisation classique, mais efficace, Descosse décortique le malaise d'une jeunesse perdue, génération sacrifiée et scarifiée sur l'autel d'une étrange liberté voulue par des adultes eux-même frappés d'immaturité. Malin, l'auteur évite tout de même la pirouette finale et renvoie plutôt les générations non pas dos à dos, mais côté à côté sur le chemin d'une redécouverte réciproque... mais peut-être illusoire. Du thriller solide,pour s'interroger sous le parasol.
Dr Corthouts

Les Enfants du Néant, de Olivier Descosse, Michel Lafon, avril 2009, 435p., 20€00.

Écrit par Brice dans Thriller, Polar | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 05 09

Attention : rien !

COMPLOT MACHIAVELAh ! La grande question… Faut-il parler d’un roman tellement ennuyeux qu’il se doit de rejoindre la petite caisse de carton poussiéreuse où je range les cales-portes et les redresseurs d’armoire normande ? La plupart du temps, la réponse est non. Et puis, parfois, comme en ce jour ensoleillé de début de printemps, il m’arrive d’être surpris par une envie subite de monter au créneau, façon Mai 68 du pauvre et défendre la littérature populaire de qualité. Et par réaction, d’affûter le tranchant de mon coupe-choux pour frapper de mon bras vengeur les 525 pages de n’importe quoi de ce soporifique complot Machiavel.
Soit une histoire abracadabrante de secte-qui-veut-dominer-le-monde-et-qui-a-des-adeptes-a-tous-les-niveaux-de-pouvoir, d’ancien policier devenu architecte, d’attentats plus improbables les uns que les autres, de personnages secondaires dessinés à gros traits, avec une pincée de textes anciens pour donner à toute cette salade un petit air de Code « qui vous savez ».
Et si j’y ajoute une écriture dont la lourdeur pourrait rivaliser avec celle de certaines thèses de doctorat, voire de mode d’emploi pour appareil électroménager faussement perfectionné, vous obtenez une soupe qui n’aurait pas du passer au travers des mailles du filet d’un premier comité de lecture. Mais la littérature à parfois de ces mystères…
Dr Corthouts

Le Complot Machiavel, Allan Folsom, ed. l’Archipel, 525p., 23€00.

Écrit par Brice dans Thriller, Polar | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 03 09

Ca ne pleure pas, un homme

DELONA 44 ans, Anthony Delon se raconte pour la première fois. Son père, les femmes, jet set, faits divers, ne sont que des mots qui font les phrases des canards ou des rubriques people. Vous allez découvrir une vie très compliquée, une existence vécue comme une malédiction d'être qui se transmet de génération en génération. Aujourd'hui, Anthony Delon veut être le premier maillon d'une nouvelle chaîne qui tourne le dos à cette malédiction. Enfants. Espoir. J'aime.

  ANTHONY DELON - Nicky Depasse 1
  ANTHONY DELON - Nicky Depasse 2

Le premier maillon, Anthony Delon, Michel Lafon, 2008, 184p., 17€95.

DELON_AnthonyPhoto : Alain Trellu

Écrit par Brice dans Biographies | Commentaires (2) |  Facebook | |

18 02 09

Minuscules beautés

zoomINSECTES_couv_fr_1226683678Mille et une pattes, Microcosmos, ou encore l’hilarante série d’animation télévisée Minuscule le prouvent, le monde des insectes nous fascine. Avec leurs trois paires de pattes, trois paires d’ailes, les insectes nous ravissent (coccinelles, libellules, papillons), nous agacent (mouches et moustiques), nous inspirent (fourmis, « Bernard, si tu nous lis ! ») ou nous intriguent (phasmes et mantes religieuses).
Plus de 200 splendides photos macros de cet univers vivant micro, c’est ce que nous propose ce beau livre de Jean-Claude Teyssier illustrant des textes de Jean-Henri Fabre, un célèbre entomologiste … de la fin du XIX° siècle.
Photos, lumières et couleurs éblouissantes. Une très belle réussite éditoriale.

Le monde des insectes, de Jean-Claude Teyssier, Jean-Henri Fabre, Michel Lafon, 2008, 192p., grand format, 34€90.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 01 09

Concentré de Terreur

CHATTAM_trilogieFranchement ? Vous n’en avez pas marre de tous ces cadeaux de Noël dégoulinant de bons sentiments, de glucose et de lumière qui clignotent ? Non, mais, je veux dire, les DVD de comédies romantiques, les bouquins sur la cuisine de Patagonie ou les incontournables confections de parfum/chocolat/savon, c’est bien, surtout pour votre Tata Francine. Mais ne serait-il pas grand temps de mettre un peu de piment sous le conifère de saison ? Michel Lafon a donc pensé à tous ceux qui espèrent secouer un peu les vieilles habitudes et frissonner plutôt que cocooner au coin du feu ! Réddition des 1040 pages de la Trilogie du Mal, un seul et même volume qui permettra de découvrir pourquoi Maxime Chattam est devenu, en peu de temps, l’un des auteurs de thriller incontournables du nouveau siècle. L’Ame du Mal, In Tenebris et Maléfices témoignent de la montée en puissance d’un jeune écrivain qui avait très tôt compris toutes les subtilités d’un genre. Avec ses tueurs retords, ses décors grandioses et ses images frappantes (celle d’une jeune femme traversant Central Park, nue, scalpée, encore dans toute les mémoires … oui, je vous avais bien dit que nous n’étions pas dans le domaine de la gaudriole et des apéritifs sucrés ) cette trilogie montre aussi à quel point la terreur et le mal n’ont ni frontière, ni limite.
Depuis, certains diront que Chattam s’est « assagi » et qu’il est parti explorer des rivages plus « politiquement corrects ». J’avancerai simplement qu’il est nécessaire pour un auteur d’évoluer et que cette trilogie constitue de solides fondations sur lesquelles se construit peu à peu une véritable œuvre dans le sens le plus riche du terme.
Dr Corthouts

La Trilogie du Mal : L'Ame du Mal, In Tenebris, Maléfices, Maxime Chattam, Michel Lafon, décembre 2008, 1040p., 29€90.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

02 11 08

Les 400 goûts

CAMDEBORDEAmateurs de cuisine de bistrot, d'esprit et de bien-vivre, vous allez être comblés. Yves Camdeborde, grand maître de la cuisine de bistrot, vous donne cent recettes à faire chez vous. Une centaine de plats racontés à la première personne du singulier (J'assaisonne de bon goût) et photographiés avec amour (par Yves Duronsoy) vous inspireront, vous affameront.
Après avoir oeuvré dans la vapeur des cuisines du Crillon, du Ritz ou encore de la Tour d'Argent, Yves Camdeborde à décidé de rouler pour lui en ouvrant son propre comptoir du plaisir (Le relais St Germain à Paris). Il vous offre aujourd'hui les clés de sa cuisine car, comme le disait le chef Gusteau, "tout le monde peut cuisiner". Sauf qu'avec Simlement Bistrot, c'est facile, c'est beau et ça plaira à tous les amoureux de la vie.
A lire et à offrir.
Nicky Depasse

Simplement BISTROT (des recettes pour tous les jours), Yves Camdeborde, Michel Lafon, novembre 2008, 190p., 25€00 env.

Écrit par Brice dans Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

05 08 08

Tuons sous la pluie

frenchAprès la vague des auteurs de polars venus d'Outre Atlantique, il semble bien qu'une nouvelle tendance s'installe peu à peu dans le petit landernau de l'enquête policière : celle des auteures anglo-normandes à la plume trempée dans la plus sombre des encres ! Après Alex Barclay (Irlande) ou Mo Hayder (Angleterre), voici donc venir Tana French, petite nouvelle dans la discipline qui plante sa tente dans les brumes humides de la verte Irlande. La Mort dans les Bois débute avec la disparition de trois enfants au coeur d'une dense forêt, avant de faire un bon en avant dans le temps, jusqu'à notre époque, lorsque le corps d'une gamine de douze ans est retrouvé sur les lieux de ce qui est devenu un chantier de fouille archéologique. Les bois ont disparu ... mais le traumatisme de Rob Ryan, non. Retrouvé dans les bois avec les baskets en sang, seul survivant de la scène d'ouverture, il se voit confier l'enquête... Et le passé ne tarde pas à lui sauter au visage.
Pour une novice, aux commandes de son premier roman, Tana French s'en sort plutôt bien. Même si le départ est un peu laborieux et les descriptions un rien cliché (je crois que je pourrais décrire une épicerie ou une maison de la classe moyenne sans jamais y avoir mis les pieds, tant les lieux s'avèrent des passages obligés pour tous les auteurs de polar britanniques qui se respectent !) le rythme s'accélère peu à peu et on se surprend à se demander par quel stratagème la nouvelle venue va lier les fils de son intrigue. Elle y arrive sans trop de mal... Même si certains passages nécessitent une petite paire de forceps. Moins « évident » que la prose d'Alex Barclay et plus posé que les « horreurs » de Miss Hayder, l'oeuvre de Tana French devrait bonifier avec le temps.
Dr Corthouts

La Mort dans les Bois, Tana French Michel Lafon, mai 2008, 472p., 21€95.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 07 08

Même pas peur !

SERFATYIl n’aura finalement pas fallu attendre longtemps pour retrouver le Commissaire Flamand et sa magnifique épouse Laura, personnages de Peur, roman de Thierry Serfaty sorti en septembre dernier. Avec Agônia, le médecin auteur de thrillers nous offre une suite directe, dont l’intrigue se noue quelques heures seulement après la fin du précédent roman. Pour rappel, dans Peur, une vague étrange de suicides menait Flamand et sa chère et pas toujours tendre, sur les traces d’un « gourou », adepte du « Fight », une pratique extrême du suicide, liée à la disparition complète de l’instinct de peur. Dans Agônia, ce chapitre que l’on croyait refermé avec la mort du « Grand Maître » se réouvre avec fracas lorsque de nouveaux cas de suicide attirent l’œil de la police. Ajoutez à cela un institut pour enfants où il se passe des choses pas toujours très claires … il il n’en faut pas plus pour que le duo de policiers (qui se débat avec ses propres problèmes personnels…) ouvre une nouvelle enquête.
Une enquête dont le déroulement manque un peu de dash ! Les digressions sont nombreuses, certains chapitres ont du mal à apporter leur lot d’informations et on a plusieurs fois l’impression d’assister à une sorte de redite des situations vécues dans Peur. Un roman peut-être sorti trop vite, qui aurait mérité quelques tours de clé supplémentaires pour bien tendre son suspense et s’affirmer comme un page-turner.
Dr Corthouts

Et l'interview par Brice Depasse :

  THIERRY SERFATY - Brice Depasse 1
  THIERRY SERFATY - Brice Depasse 2

Th Serfaty01Agônia, Thierry Serfaty, Michel Lafon, juin 2008, 390p., 20€00.

Acheter «Agônia»

Photo : Alain Trellu

Écrit par Brice dans Thriller, Polar | Commentaires (0) |  Facebook | |

02 08 07

La jeunesse n'a pas d'âge

AUFRAYQui pourrait deviner en le voyant que Hughes Aufray est dans sa soixante-dix-huitième année? Le chanteur qui publiera un nouvel album à la rentrée, remontera sur la scène de l'Olympia avant de partir en tournée, monte toujours à cheval et s'occupe de sa grande famille.
A-t-il un secret pour prolonger ainsi sa jeunesse ? Il en a plutôt une multitude qu'il égrène dans ce livre au fil de ses expériences de vie. Il ne s'agit ici ni de remède miracle, ni de médecine parallèle, ni de traitements coûteux dont on trouve une abondante littérature chez des éditeurs occultes.
Comme l'écrit Muriel Barbéry :" Vivre, mourir : ce ne sont que des conséquences de ce qu'on a construit. Ce qui compte, c'est de bien construire."
Brice Depasse

  HUGHES AUFFRAY - Brice Depasse 1

  HUGHES AUFFRAY - Brice Depasse 2