06 07 10

Voyages nostalgiques

Hong Kong  (Sasek)Les Éditions Casterman poursuivent leur très heureuse initiative de ressortir les remarquables guides dessinés par le graphiste tchèque Miroslav Sasek (1916-1980), guides qu’elles avaient édités en 1960 avec un immense succès en langue française dans l’« Encyclopédie Casterman ». Reparaissent cette fois les albums consacrés à Hong Kong et à San Francisco qui, comme ceux consacrés à Paris, Londres, Rome, Venise et New York déjà republiés, restituent en peu de mots et avec des dessins d’une grande simplicité et d’une forte beauté empreinte de poésie et d’humour, l’ambiance et la culture caractéristiques des pays et des villes tels qu’ils existaient alors.
Une magnifique occasion de voyager dans le temps !

Bernard DELCORD






Hong Kong et San Francisco par Miroslav Sasek, Bruxelles, Éditions Casterman, avril 2010, 64 pp. en quadrichromie au format 23,2 x 32 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 16,50 € chacun

San Francisco (Sasek)

Écrit par Brice dans Guides | Commentaires (0) |  Facebook | |

13 03 10

Larguez les amarres !

L’âge d’or des voyages en paquebot

















Le splendide ouvrage que Gérard Piouffre a fait paraître récemment sous le titre de L’âge d’or des voyages en paquebot aux Éditions du Chêne à Paris emmène le lecteur admiratif sur les six grandes routes maritimes qui firent les belles vacances des millionnaires entre 1880 et 1990 : celle des escales en Méditerranée, celle de l’Atlantique Nord et de sa course au Ruban bleu, celle de l’Atlantique Sud et des Caraïbes, celle de l’Asie par Suez, celle de la traversée du Pacifique vers l’Australie ou la Chine et celle des lignes de Glace et d’Or vers la Norvège et l’Islande.
Les noms des destinations sont enchanteurs (Buenos-Aires, Bombay, Colombo, New York, Istanbul, Gênes, Marseille, Port-Saïd, Reykjavik, Shanghai, Singapour, Sydney, Valparaiso, Vancouver, Venise, Yokohama…) et ceux des navires sont évocateurs : Normandie, France, Champollion, Queen Mary, Queen Elisabeth, United States, Bremen, Conte di Savoia, Tatsuta Maru –et Titanic, bien entendu. Il y est même question de l’Albertville appartenant à la Compagnie Maritime Belge qui, à l’été 1935 au cours de sa 23e croisière consacrée à la découverte du cap Nord et des fjords de Norvège, proposa un menu spécial à ses passagers : en entrée, du museau de phoque, des palets de goéland à l’escavêche ainsi que du pâté de foie de morue puis du loup-phoque gratiné, de la baleine, du cuisseau d’ours blanc, du contre-filet de renne à la daube, de l’aileron de pingouin au riz polaire en guise de plat et enfin, comme dessert, des harengs confits…
Le texte est très documenté et les photographies sont superbes, innombrables et variées, en noir et blanc comme en couleur, qui reproduisent des affiches publicitaires, des scènes de bord, des fêtes costumées, des dîners de gala, des parties de plaisir… Un livre qui vous mène véritablement (et délicieusement) en bateau !
Bernard DELCORD

L’âge d’or des voyages en paquebot par Gérard Piouffre, Paris, Éditions du Chêne, novembre 2009, 359 pp. en quadrichromie au format 23,4 x 16,5 cm sous couverture cartonnée et boîtier en couleur, 35 €

Écrit par Brice dans Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

29 07 09

La musique des mots (22) : Brooklyn follies

AUSTERCliquez sur la couverture pour lire notre critique du livre à sa sortie chez Babel.
Un excellent moment d'évasion dans le quotidien d'un retraité new yorkais offert par le roi de Brooklyn.
A lire en écoutant le meilleur album de Billy Joel, The stranger, un classique qui vous conduira dans les rues de New York.

  La musique des mots - Paul Auster & Billy Joel

BILLY_JOELBrooklyn follies, Paul Auster, Babel (Actes Sud), 363p, janvier 2007, 8€50 et au Livre de poche, 376p, juin 2008, 7€50.

The stranger, Billy Joel, Sony Music, 1977, 11€99.

Écrit par Brice | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 05 09

Wish you were here

SAGANNouvelle mais intéressante publication d'inédits de Françoise Sagan, Bonjour New York est un recueil d'articles écrits pour le magazine "Elle" mais aussi Vogue, Senso, L'humanité, Le Monde ou L'Express.
Étonnants voyages avec Sagan dans le New York des années 50, une Jérusalem encore transjordanienne, Naples et Capri déjà très touristiques ou encore le Cuba castriste de 1960. Le portrait que dresse la toute jeune journaliste écrivain de Fidel Castro vaut à lui seul le détour.
Avec l'urgence et la concision des articles de presse, ce petit livre de poche (90 pages) vous embarque de personnage en souvenir, tel celui d'une journée de tournage avec Fellini où Sagan partage cette insouciance historique et inébranlable qui fait le fond de l'air en Italie.
Léger. Aérien. Un livre smart et nostalgique qui vous laissera un goût de culture humaniste rafraîchissant de jeunesse.
Brice Depasse

Bonjour New York, suivi de Maisons louées, Françoise Sagan, Livre de Poche, mai 2009, 90 p., 4€50.

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 03 09

Paul Auster confidential

PAULAUSTERFans, admirateurs et lecteurs de de Paul Auster, amoureux de New-York, vous allez vous retrouver dans ce très beau DVD docu-interview de Paul Auster par Gérard de Cortanze. Réalisé dans les années 90, ce film tisse au fil des entretiens la toile des romans, de l'oeuvre d'un artiste dont le modèle est la plus infinie des villes du monde.
C'est au tour de l'interviewer de se retrouver interviewé (il aime, ça tombe bien) et de nous parler de son ami et du film réalisé il y a une dizaine d'années qui vient juste de sortir chez Arte. Intégralité de l'entretien réalisé pour Livre de Bord.

Paul Auster Confidential, de Guy Seligmann et Gérard de Cortanze, Arte vidéo, janvier 2009, 19€99.

Écrit par Brice | Commentaires (1) |  Facebook | |

03 12 08

Partir, revenir

BLOOMDans la foulée du très beau Vita de Melania Mazzucco, qui racontait l’histoire d’une jeune Italienne débarquant à New York en 1903, le roman de Bloom raconte la vie de Lilian, une juive russe échappée d’un pogrome dans les années 1920. Mais ici, l’exil devient un exode : apprenant que sa fille n’est pas morte et a été emportée en Sibérie par une famille rescapée, Lilian décide de quitter la sécurité retrouvée à NY pour une épopée terrible jusqu’en Alaska où elle espère embarquer. De rencontre en rencontre, elle nous offre un tableau saisissant de cette Amérique encore sauvage.L’originalité de Bloom réside surtout dans la manière de présenter, en quelques lignes, le destin des personnages croisés par Lilian, et dans le jeu avec le dictionnaire et le thesaurus qui aident l’émigrée à apprendre l’anglais.Une aventure qui nous ôte l’envie de nous plaindre de nos petits malheurs, et qui pose avec force la question de la maternité.
Vincent Engel

Ailleurs, plus loin, Amy Bloom, Belfond, 2008. 249p., 19 € env.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 08 08

La vie n'arrête jamais

AUSTER_brooklyn_2Le Livre de Poche vient de publier le roman le plus enthousiasmant d'un des plus grands écrivains américains contemporains. L'aboutissement d'une longue observation, d'une réflexion éclairante (et éclairée par l'expérience) et d'une inspiration toujours renouvelée sur un sujet : vivre une vie d'homme à New-York. La ville monde. La cité humanité.
Nathan Glass, sexagénaire, vit seul à Brooklyn. Pension anticipée. Divorce récent. En rupture avec toute la famille. Conscient d'avoir ouvert le dernier chapitre d'une vie (et pas le meilleur), Nathan égrène chaque jour du reste de son existence au rythme des repas pris au restaurant et de son oeuvre égoïste et dérisoire : tenir le registre des anecdotes peuplant ses souvenirs.
AUSTER_brooklyn_1Mais rien n'arrive jamais comme prévu. En retrouvant derrière le comptoir d'un bouquiniste, un neveu perdu de vue, la vie sans but du retraité se transforme en gare de formation des destinées de quelques âmes.
Dans ce livre vous trouverez tout ce qu'il y a d'essentiel dans notre vie : le bonheur et la vérité.
Brice Depasse

Brooklyn Follies, Paul Auster, en poche :

Babel, Actes sud, 363p, janvier 2007, 8€50
Livre de poche, 376p, juin 2008, 7€50.

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

04 06 08

Days in NYC

CUNNINGHAMDans Le Livre des jours, l’écrivain américain Michael Cunningham parle de ce qui fait la vie : le temps qui passe et les liens que tissent les humains. Ces liens, parfois, peuvent nous sembler des cordes ; ils nous lient plus qu’ils nous relient. Comment vivre, au fond ? Dans quel rapport à l’autre et au collectif ? Michael Cunningham donne sa réponse : par le don de soi, que certains de ses personnages poussent au bout, jusqu’à se donner la mort pour que d’autres puissent (re)vivre.
Le roman déroule trois histoires à trois époques différentes – passé, présent, futur – et qui nous disent que si le décor – ici, New York – change, l’homme, lui, demeure, avec ses interrogations.
Cela n’est peut-être pas très original, c’est enfoncer une porte ouverte, c’est taper sur un clou. Et alors ? Quand un roman est écrit comme celui-là, avec tellement de poésie, de tristesse contenue et de sincérité, on ne peut que crier à la littérature.
Justement, il est pas mal question de littérature dans Le Livre des jours - comme dans Les Heures (The Hours), un précédent ouvrage de l’écrivain, dont un film fut tiré en 2002, avec Nicole Kidman dans le rôle de Virginia Woolf.
La littérature est même, au fond, le personnage principal du Livre des jours.Que sont les jours sans un livre ? Que sont les hommes sans un miroir ? On exagère à peine.
Johan Rinchart

«Le livre des jours», Michael Cunningham, Pocket, avril 2008, 439p, 7€20

Acheter « Le livre des jours »

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

13 04 07

Le scriptorium de Paul Auster

AUSTERL'incontournable New-Yorkais, bientôt au cinéma ! Vous pouvez aussi lire ma chronique en cliquant sur la couverture. Et puis, mieux vaut tard que jamais : bon anniversaire, Paul ! Soixante ans, ça se fête.
Extrait : "Je vous ai fait quelque chose de terrible. Je ne sais pas ce que c'est, mais c'était terrible... inexprimable... impossible à pardonner. Et vous êtes là, à prendre soin de moi comme une sainte.
Ce n'était pas votre faute. Vous avez fait ce que vous aviez à faire, et je ne vous en veux pas.
Mais vous avez souffert. Je vous ai fait souffrir, n'est-ce pas ? Oui, beaucoup. J'ai failli ne pas en réchapper.
Qu'est-ce que j'ai fait ? Vous m'avez envoyée dans un endroit dangereux, un endroit..."

REGIS DELCOURT - Brice Depasse 3


PAULAUSTER NB

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

15 02 07

Paul Auster, diabolique

AUSTERPaul Auster n'est pas le premier grand écrivain à crever l'écran qui sépare le créateur de ses personnages ou encore à imaginer leur irruption dans la réalité. S'il est arrivé à m'étonner sur le sujet grâce à l'unité de temps et de lieu (un chambre close avec salle de bains contiguë, une seule journée) et aux défis-rebondissements que l'écrivain et son personnage (double et créature en même temps) se lancent; Paul Auster m'a cependant laissé sur ma faim.
Reste le plaisir de parcourir le texte comme un paysage familier, un retour au pays. Qui a goûté à la littérature de Paul Auster, la suivra, y reviendra, la retrouvera.
Et puis, quelle belle évocation de l'acte d'écriture et de sa finalité : "l'éternité du sort des créations romanesques. "Nous, les chimères d'un autre, nous survivons au cerveau qui nous a fabriquées, car une fois lancées dans le monde, nous continuons à exister à jamais et on continue à raconter nos histoires, même après notre mort."

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (1) |  Facebook | |