04 07 10

Les poches de l'été 2010 (2) : Melnitz

MELNITZQuelques grands ouvrages ont illuminé la rentrée 2008. Qu'ils aient été primés ou pas n'a absolument aucune importance. La résonance qu'ils auront dans le temps et les chaumières, dans chacune de nos vies et celles de nos enfants est leur unique réalité et finalité.
Le Melnitz de Charles Lewinsky est un Grand Cru d'une Année exceptionnelle. Avec le souffle d'un Emile Zola et la verve d'un Thomas Mann, l'écrivain suisse allemand a donné vie à une famille, les Meijer, qui devrait rejoindre la légende des Rougon-Macquart.
L'unité d'un seul roman donne bien sûr plus de corps à cette oeuvre et son idée maîtresse qui est de nous faire partager le quotidien d'une famille juive ayant connu les trois guerres (1870, 1914, 1940) et les courants sociaux du grand virage du XX°.
Outre le plaisir procuré par son style littéraire (éblouissant) et le divertissement (la truculence des personnages et le ressort de leurs aventures sociales), Melnitz se révèle aussi être un excellent manuel d'Histoire qui va vous en apprendre beaucoup sur la judaïté en Helvétie. Jubilatoire, je vous dis.

Melnitz, Charles Lewinsky, Livre de Poche, mai 2010, 955p., 8€55.

  CHARLES LEWINSKY - Brice Depasse 1
  CHARLES LEWINSKY - Brice Depasse 2

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

04 07 10

Les poches de l'été 2010 (1) : Douglas Kennedy

KENNEDYLa vie est un roman noir. A en croire Douglas Kennedy. Après Paris (et La femme du V°), retour aux Etats-Unis, côte est dans son nouveau roman. Nous suivons la vie d'une femme conditionnée par la soirée de son treizième anniversaire. Des réussites professionnelles, de grands malheurs (et des désordres) privés avec Boston comme toile de fond. Tout cela serait banal s'il n'y avait le talent de conteur de Douglas Kennedy, ce talent qui l'a hissé au premier rang des auteurs européens (même s'il est américain, il est naturalisé CEE depuis belle lurette). Rien à dire. Captivant (et triste, mais oui) : le meilleur roman de Douglas Kennedy.
Brice Depasse

Ma chronique radio, l'été dernier sur Nostalgie :

  Musique des mots - Douglas Kennedy & Bruce Springsteen

Quitter le monde, Douglas Kennedy, Pocket, juin 2010, 694p., 8€10.

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (1) |  Facebook | |

28 06 10

Lisez ce livre !

FITOUSSIIl y a heureusement toujours pire dans la vie. S'il ne fallait retenir qu'une seule phrase dans ce remarquable premier roman de David Fitoussi, ce serait celle-là, prononcée par Samuel, petit Juif français (et salace) pied noir émigré de force au Canada à la fin des années 70 où il a suivi sa mère et son beau-père. Samuel a grandi dans un HLM à Sarcelles qui a été son unique univers. S'ouvrir au monde dans un nouveau pays, le Québec, alors en pleine quête identitaire, comme lui, ne sera pas chose facile.
Je vous épargne la suite tant elle vaut le détour et le séjour, croyez-moi. David Fitoussi, c'est Michel Houellebecq qui donne rendez-vous à Sacha Guitry, Roger Nimier et Jérôme Salinger dans une friterie italienne de Montréal. Vous n'avez pas à imaginer ce que cela donnerait puisque c'est un Livre de Poche qui vient de sortir et se nomme La Bar-Mitsva de Samuel. Bien sûr, David Fitoussi possède sa propre voix; les noms célèbres que je viens d'invoquer ne sont là que pour vous situer, vous laisser deviner le plaisir que vous allez éprouver à suivre les pérégrinations de Samuel au pays du hockey sur glace.
Vous avez compris que l'illustration de la couverture du livre évoque des codes qui ne correspondent pas du tout à l'étoffe de l'auteur et au contenu de son premier roman que vous auriez tort de louper. Vous pourrez ainsi dire que, Fitoussi, vous l'avez suivi dès son premier livre.
Brice Depasse

La Bar-Mitsva de Samuel, David Fitoussi, Livre de poche, juin 2010, 282p., 6€50

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (1) |  Facebook | |

07 06 10

Russie blanche & rouge sang

JITKOVAvec ce livre par en poche, nous assistons à l'exhumation, à la publication d'un roman qui devrait être à l'heure actuelle déjà considéré comme un classique. Oeuvre de Boris Jitkov, écrivain pour la jeunesse reconnu même par les soviets d'avant guerre, ce roman aurait dû être publié en 1941, trois ans après la mort de son auteur. La censure stalinienne le condamnant au pilon avant sa mise en rayon, l'imprimeur en garde quelques exemplaires.
Viktor Vavitch plonge alors dans un oubli dont il ne sortira qu'à la fin du siècle dernier. Edité en Russie en 1999, sa version française voit enfin le jour. Louons le geste de l'homme qui a sauvé cet impressionnant roman choral de la destruction.
Premières lignes, première découverte : un style résolument, incroyablement moderne. Jitkov fait sonner le verbe comme son contemporain Chostakovitch faisait résonner les notes. Sèchement. Simplement. Minimalistement. Ouvrez ce livre. Lisez la scène d'introduction. Vous y êtes ?. Eblouissant, non ? Jitkov est un vrai génie, vous l'avez compris. Et si vous adorez Dostoïevski ou Gogol, vous êtes déjà comblé et heureux de la perspective d'avoir devant vous un roman fleuve à savourer.
La suite. Un foisonnement d'histoires parallèles puis accidentellement concordantes et enfin sécantes.
1905. La révolution. L'annihilation de vies, d'espoirs et de destinées des quidams qui se retrouvent face à face. Comme Zola le démontre admirablement dans La fortune des Rougon ou La débâcle, les gens ne sont rien face aux remouds de l'histoire qu'ils soient imbéciles comme Viktor Vavitch ou artistes comme le brave flûtiste juif éperdument amoureux.
Epique, magnifique, désespéré. Entre Tolstoï et Céline.
Brice Depasse

Viktor Vavitch, Boris Jitkov, Livre de poche, juin 2010, 732p., 9€00.

VAVITCH

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

04 06 10

L'eau est l'avenir de l'Homme

ORSENNA_eauL'eau à l'échelle humaine. L'eau du monde, de nos mondes. Cette eau qui nous a vu/fait naître. Et qui peut/sait à tout moment tout reprendre.
Dans ce second volet du précis de mondialisation qui paraît aujourd'hui au Livre de Poche, Erik Orsenna est allé à la rencontre de l'eau et des gens qui vivent par et pour elle autour de notre Terre. Chine, Israël, Australie, l'eau est partout objet et sujet d'une économie que l'académicien grand reporter souhaite universelle.
Comme dans son précédent voyage à la rencontre des gens du coton, Orsenna dépeint des situations collectives à travers des personnages pittoresques et pivots de l'économie mondiale.
Livre et entretien passionnants.

  ERIK ORSENNA - Brice Depasse 1
  ERIK ORSENNA - Brice Depasse 2
  ERIK ORSENNA - Brice Depasse 3

L'avenir de l'eau : Petit précis de mondialisation II, Erik Orsenna, Livre de Poche, mai 2010, 411p., 7€50.

Cliquez sur la couverture pour écouter Erik Orsenna vous parler d'un de ses grands romans parus en Poche : Longtemps.
En cliquant sur la photo, un entretien avec Erik Orsenna et Isabelle Autissier à propos de Salut au grand Sud paru lui aussi au Livre de Poche dans lequel les deux aventuriers racontent leur voyage à la voile autour de l'Antartique.

_N2E8951Photo : Nicolas Wibaut

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

13 05 10

Laisse aller, Joséphine, c'est une valse

couv-pancol-tortuesMais qui veut la peau de Joséphine ? Femme trompée, soeur ingénue, mère patiente, Joséphine a supporté toute sa famille sans que celle-ci lui en soit reconnaissante. Malgré tout récompensée par le destin, elle devient un auteur à succès. Réussite sociale. Déménagement à Paris. Tout devrait alors aller pour le mieux. Et pourtant ...
Les témoignages des lecteurs des Yeux jaunes des crocodiles inondent le net : ils sont heureux de retrouver les personnages de ce best seller de 2006. Nous aussi. Ravis de retrouver l'humour de Katherine Pancol dépeignant une certaine société parisienne dont le portrait ne déplairait pas à un Douglas Kennedy.

  KATHERINE PANCOL - Brice Depasse 2

La valse lente des tortues, Katherine Pancol, Livre de Poche, mars 2010, 768p., 8€00.



K. Pancol01_001Photo : Alain Trellu

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 03 10

L'autre Veronesi

VERONESISi vous avez manqué cette perle lors de sa sortie en grand format chez Grasset il y a près de deux ans (lisez ce que Nicky écrivait en cliquant sur la couverture), l'édition Poche paraît ces jours-ci.
Adapté entretemps au cinéma, Chaos calme est une grande réussite romanesque autour du ras-le-bol, du remords et du double rapport amoureux marital et filial. Je me surprends en rédigeant ces quelques lignes à affronter une envie irrépressible de retourner sur cette place, dans la voiture de Pietro Palladini, cet anti-héros qui va finir Zorro parce qu'il a décidé de tenir une promesse à sa fille : l'attendre devant l'école jusqu'à sa sortie, toute la journée.
Ne manquez pas ce bonheur de 500 pages au prix d'un poche.
Brice Depasse

Chaos calme, Sandro Veronesi, Livre de Poche, avril 2010, 504p., 7€50.

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

07 01 10

Jardin de femmes

JARDIN2010A travers le portrait de la multitude de femmes qu'il a croisées dans sa vie, Jardin Jr (bonjour, Alain Delon) continue son auto-analyse avec brio, humour et lucidité. Peu m'importe de connaître la part de réalité et de romanesque, cette La Bruyèrade germanopratine m'a enchanté du début à la fin avec ses vérités sur l'expérience amoureuse de l'homme et de la femme sans cesse réinventée, jamais apprise, jamais comprise.
Cinq étoiles au prix d'un poche.

  ALEXANDRE JARDIN - Brice Depasse 1
  ALEXANDRE JARDIN - Brice Depasse 2
  ALEXANDRE JARDIN - Brice Depasse 3

Chaque femme est un roman , Alexandre Jardin, Livre de poche, janvier 2010, 295p., 6€50.

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

05 01 10

La fesse est triste…

BATESHJe m'appelle Clara. J'ai quarante-cinq ans, j'en parais trente-cinq en hiver, encore moins en été. J'ai avec le sexe une relation passionnelle, personne n'a jamais bien compris comment je fonctionnais.Très jeune, j'ai collectionné les amants jusqu'à l'écœurement. La plupart de ces brèves étreintes ne m'ont pas laissé le moindre souvenir, je serais bien embarrassée de citer des prénoms. Mais très tôt, j'ai découvert l'orgasme...
Hé bien ! Histoire de se remettre de ce trop plein de bons sentiments et de guimauve qui transforme la période des fêtes en succursale des usines de Willy Wonka, que diriez vous d’un petit livre de fesses ? En tant que Docteur Corthouts, traiter pour une fois de corps tordus par la jouissance et non par la rigueur cadavérique, cela va me changer un peu les idées aussi, remarquez ! Sauf que… Sauf qu’il faut bien avouer que ce petit précis de poncifs et autres figures attendues de la sexualité d’un nouveau siècle n’est guère passionnant. En toute honnêteté, il faut avoir peu vécu pour qualifier de « scandaleux » les visites de l’héroïne et son « ami » dans les boîtes échangistes, les interludes dans les salons privés ou encore les saillies pseudo-sauvages sur tabouret de bar. Le tout étant noyé de réflexions convenues et blasées sur le sexe triste. Au final, tout cela manque franchement d’humour et d’une petite touche grivoise… L’approche porno chic en littérature offrant surtout au lecteur froideur et routine. Un comble non ?
Dr Corthouts

Itinéraire d’une scandaleuse, Clara Basteh, Pocket, novembre 2009, 217p, 5€90.

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (1) |  Facebook | |

20 09 09

La musique des mots (41) : Caméra zoom avant sur l'idiot du village

RAMBAUDUne perle qui vous changera des chroniques anti-sarkozystes ou napoléoniennes de l'académicien Goncourt Patrick Rambaud.
Par un phénomène qu'il ne s'explique pas le héros de ce roman se trouve projeté dans le Paris des années cinquante, celui de son enfance. On ne se trompe pas, il s'agit bien des souvenirs de jeunesse de Rambaud. Retourner à ses jeunes années avec "tout ce que l'on sait", c'est un vieux mythe qui passé la joie des premiers instants pose beaucoup de questions. L'occasion nous est donnée de retrouver le vieux Paris, celui des films de Gabin et d'Audiard, le cadre des Halles aujourd'hui disparues, des restaurants qui faisaient recette avec leur petit et nombreux personnel. Les références cinématographiques sont sympathiques comme celles faites à François Ier avec Fernandel ou encore à Gabin et Audiard. J'adore Rambaud, vous l'avez compris. Le lire est un plaisir.

  La musique des mots - Patrick Rambaud et Louis Chedid

L'idiot du village, Patrick Rambaud, Livre de Poche, 2007, 125p., 5€00.

Écrit par Brice | Commentaires (0) |  Facebook | |